Crématorium de Court-Saint-Etienne

pourquoi écarter Ecolo ?

Publié le jeudi 21 mars 2013

A l’ordre du jour du dernier Conseil communal de Court-Saint-Etienne, le 25 février, figurait la désignation des représentants communaux qui siègeront désormais au Comité d’accompagnement du crématorium.

Le renouvellement de cette representation communale s’imposait suite aux élections communales d’octobre dernier.

Trois représentants communaux sont appelés à faire partie de ce Comité, dont le Bourgmestre. Lors du Conseil communal, ce dernier a annoncé que Jean-Christophe Jaumotte l’accompagnerait pour la majorité et qu’il restait donc à désigner un ou une représentant(e) pour la minorité.

Deux candidats, de chacun des deux groupes de la minorité, se sont manifestés à ce propos : • Isabelle Evrard, pour le PS qui compte 3 membres au conseil communal ; • Michel Tricot, pour Ecolo qui compte 5 membres au conseil communal. C’est Madame Evrard qui a été désignée pour représenter la minorité ; elle a bénéficié pour cela du vote des conseillers PS bien sûr,… mais aussi de celui de tous les conseillers de la majorité, MR et Cdh.

Ecolo ne peut que regretter cette décision et s’ inquiéter de la volonté commune du MR, du PS et du Cdh d’écarter délibérément Ecolo du Comité d’accompagnement du crématorium. Qu’est-ce que cela signifie ?

Ecolo suit de très près ce dossier, depuis que le projet a été soumis à enquête publique. Nous connaissons bien les craintes des riverains, craintes que nous partageons (les fumées, les eaux de pluies, l’impact paysager,…).

Au sein du Comité d’accompagnement du crematorium, un conseiller Ecolo aurait relayé les craintes des riverains et aurait pu faire preuve de notre expertise en matière d’environnement, d’aménagement du territoire et de qualité de l’air. Est-ce de cela que la majorité a eu peur ?

Ci dessous, vous pouvez télécharger le courrier distribué aux riverains à ce sujet :

PDF - 29.4 ko

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et, toujours sur ce sujet, ci-joint l’article parut il y a peu dans L’avenir :

Lire l’article

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------