Notre programme

NOS AXES, NOS POINTS FORT POUR COURT-SAINT-ETIENNE DEMAIN : 1. L’énergie, 2. Le logement, 3. Les liens sociaux, 4. L’environnement

Publié le vendredi 5 mars 2010

1. L’énergie

Nous souhaitons introduire la préoccupation énergétique dans tous les cahiers des charges communaux. Effectuer le bilan énergétique des bâtiments publics afin d’indiquer les pistes d’aménagements prioritaires (par exemple, un remplacement de chaudière devrait être réfléchi à long terme et étudié dans une perspective d’économie d’énergie). Un échevinat de l’énergie, lié à celui de l’aménagement du territoire devra travailler avec un conseiller en énergie, pour veiller à une utilisation rationnelle de l’énergie via une charte impliquant tous les acteurs de la commune (élèves, enseignants, employés, ouvriers, CPAS...). Une information au public doit être mise en place et s’accompagner d’incitants financiers que la commune pourrait octroyer aux habitants qui prennent des mesures visant aux économies d’énergie (panneaux solaires - isolations - citernes d’eau de pluie...)

2. Le logement

Se loger coûte cher. En Brabant Wallon particulièrement. Court Saint Etienne ne fait pas exception. De nombreux jeunes de la commune ne peuvent pas accéder à la propriété. Court Saint Etienne compte encore bon nombre de terrains à bâtir et nous tenons à la mixité des lieux, au voisinage entre différents types d’habitats ouverts à tous : jeunes ménages et personnes âgées, familles à petit budget, comme familles plus aisées. C’est cette mixité qui crée le lien social.

Dans cet esprit, envisager le logement d’une manière globale est indispensable ! Le Schéma de structure, constitue la seule façon de prendre les décisions utiles en matière de logement : sans clientélisme ni favoritisme, avec une prise en compte de tous les éléments humains, d’environnement, d’urbanisme, d’esthétique et de mobilité. Le site Henricot II est un enjeu et une opportunité importants de ces 6 prochaines années : il faut qu’il soit assaini et ouvert à des modes de logement et d’artisanat variés. Les villages sont des entités. Ne sacrifions pas leur caractère rural, en veillant à ce qu’ils restent « autonomes » et non reliés entre eux par de plus en plus de constructions récentes. Une vie de village, cela doit se conserver !

3. Les liens sociaux

En matière de sécurité, comme d’action sociale, en matière de vie culturelle comme pour les associations, les liens sociaux font la vie d’une commune et le tissu qui y existe en est la force vive. La commune se doit d’être un relais privilégié et d’appuyer, concrètement ou moralement, les initiatives et les actions qui concourent à faire vivre Court Saint Etienne, à créer dans ses villages un esprit de connaissance de l’autre. Le soutien aux associations actives sur le terrain nous semble capital. Ce soutien peut être d’ordre financier, logistique ou à imaginer concrètement avec les associations. La vie sociale dans une commune passe aussi par la participation citoyenne à la gestion de la commune. Les Commissions consultatives (CCAT-CCF) fonctionnent bien. La commune doit respecter ce travail et faire participer ces commissions au dialogue et à la prise de décision. Une commission consultative des Aînés nous semble aussi avoir sa place à CSE. Trop souvent, l’expérience des aînés n’est pas entendue. Pour eux aussi, la participation citoyenne est capitale. Elle donne du sens à la vie sociale... L’accueil extra-scolaire, l’accueil des enfants malades, la mobilité appliquée à tous et l’information dans le bulletin communal sont des propositions d’actions concrètes que nous voulons promouvoir. Nous voulons une véritable politique du 3ème et du 4ème âge : la maison de repos doit trouver des partenaires pour assurer sa survie. C’est une priorité pour nous. Tout comme celle de cerner les besoins réels de la population par une étude sérieuse qui dégagera les priorités à mettre en oeuvre.

4. Notre environnement

Notre environnement, ce n’est pas seulement les bois qui nous entourent. C’est notre rue, notre quartier, notre village. C’est notre manière d’y circuler, d’y habiter. C’est le respect que nous lui portons.

Il est temps de prendre ce problème à bras le corps et de stimuler toutes les formes douces de mobilité et un code de la rue respectant les usagers faibles. Pour cela, nous sommes convaincus qu’un plan de mobilité sérieux et rencontrant la globalité de la situation de CSE est indispensable.

Les sentiers sont nombreux à CSE. Ils ont été répertoriés et doivent maintenant être préservés. En réhabilitant ces sentiers et chemins et en favorisant leur accès par les promeneurs, c’est tout un maillage historique et écologique que l’on maintiendra.

La population stéphanoise y est sensible car c’est une façon simple de conserver aussi la ruralité des villages et les liens sociaux qui en découlent. D’autres dossiers, tels qu’une utilisation rationnelle de l’eau de pluie ou une gestion de la pollution sonore (RN25- ligne 140) ou électromagnétique (antenne GSM) sont à prendre en compte. La dépollution du site Henricot 2 nous préoccupera encore, tout comme le désir de mettre en oeuvre une politique de réduction des déchets, seule méthode préventive possible... Ces quelques axes et points forts ne sont qu’une partie du programme complet d’Ecolo pour Court St Etienne.