Edito CEV n°43 - Automne 2010

PCM : Poudre aux yeux ?

Un Plan Communal de Mobilité (PCM) ! Merveilleux, la commune organise, planifie ! Et notre mobilité qui plus est. Réjouissons-nous. Mais ...

Publié le jeudi 23 septembre 2010

Souvenons-nous d’abord que ce n’est pas la première fois que la commune organise, planifie... Exemple : Un arrêté de l’Exécutif régional wallon déterminait, dès 1990 (!), le contenu du dossier du schéma de structure communal. Une première version de schéma de structure pour Court-Saint-Etienne a été établie en 1998 et soumise à enquête publique en 1999... Son « actualisation », déjà bien nécessaire, a été faite en 2002 et une nouvelle version établie en 2004... La copie sur laquelle nous travaillons aujourd’hui date de janvier 2005. Elle n’est toujours pas approuvée par le Conseil communal et n’a qu’une valeur d’avis... On y fait référence quand ça arrange... et on l’oublie quand ça gêne ! À de nombreuses reprises, les conseillers communaux ECOLO ont rappelé l’importance d’avoir une règle claire, un schéma cohérent qui mette tout le monde sur le même pied pour un développement harmonieux de notre commune. Peine perdue... Sourires entendus entre certaines oranges bleues : « On ne voit pas la nécessité de formaliser l’aménagement du territoire, en constante évolution... ». Ben, voyons... Elle est fort « bleue », notre orange !

En 2004, le Gouvernement wallon définissait ainsi le cadre d’un plan de mobilité : « ... il a pour objet : 1. l’élaboration concertée dans les communes et les bassins urbains de mobilité d’un outil de planification destiné à organiser et à améliorer l’accessibilité aux lieux de vie et d’activités, tant pour les personnes que pour les marchandises, dans un souci de développement durable ; 2. la mise en oeuvre coordonnée des mesures d’organisation ou d’infrastructure issues de cette planification et leur évaluation. »

Nous sommes en 2010... L’enquête publique (trop courte) en est à sa fin... Nous sommes inquiets !

La population se mobilise. ECOLO joue le jeu et se montre, une fois de plus, constructif... mais ne peut s’empêcher de remarquer que :
- ce plan de mobilité met surtout l’accent sur des réalisations d’infrastructure, en mettant de côté les aspects de vie des citoyens. Comme on est loin de la méthode présentée par Lucien Kroll lors de la conférence que nous avions organisée le 2/6/2007 (voir CEV n°33) : « ... une participation active des habitants dès le début d’un projet ... »
- On ne voit pas, non plus, comment ce plan intègre en profondeur les projets immobiliers qui fleurissent sur la Commune : Lotissements, crématorium, hall omnisports...
- le plan présente notre commune comme si c’était (quasi) une île, avec quelques échanges avec les communes voisines, alors que les interactions sont essentielles avec LLN, Genappe, VLV... on ne voit pas assez la concertation...
- à part quelques aménagements locaux, les travaux proposés devront être réalisés par un autre niveau de pouvoir, et les présenter au public dans le PCM risque de décevoir profondément. On peut rêver d’un viaduc reliant la Chapelle aux sabots et l’échangeur du « Poteau »... mais « est-ce bien raisonnable ? »

Rêver a du bon, mais en l’occurrence, cela distrait de choses plus réalistes qui pourraient être réalisées, elles, et avec bien moins de moyens ! Comme, par exemple et selon nos priorités :
- repenser sérieusement la mobilité douce (piétons, vélos), pour le confort et la sécurité des usagers faibles ;
- mettre vraiment le paquet pour sécuriser et faciliter l’accès aux écoles, en favorisant de nouveau les piétons et les cyclistes ;
- améliorer les voiries existantes avant d’en créer de nouvelles à grands frais !

Et, enfin, avoir une vision, un “vrai projet”, et y impliquer les citoyens, qui ne demandent que ça !

A télécharger

CEV43 Automne 2010
Document PDF - 1 Mo - ouvrir document